Péloponnèse, entre ciel et mer

map_of_Peloponnese_(Greece).svgAprès un agréable séjour sur l’île égéenne de Santorin, nous avons totalement changé de décor direction le Péloponnèse (« l’île de Pélops » en grec). Séparée du continent par le canal de Corinthe, cette région montagneuse est la plus méridionale de Grèce et regorge de belles surprises : sites archéologiques, nature sauvage sans oublier les très bons vins !

Le soir de notre arrivée au Pirée, nous parcourons encore une centaine de kilomètres pour rejoindre notre guesthouse située à Kiato, petit village du bord de mer. Le lendemain, nous découvrons avec enchantement le littoral du golfe de Corinthe et ses villages pittoresques comme Melissi.

Nous quittons ensuite la région de Corinthe et entrons dans les terres d’Achaia. C’est ici, dans le village perché de Diakopto que nous avons rendez-vous au domaine viticole Tetramythos.

Tetramythos

Le domaine est né de l’association de deux frères passionnés par la viticulture biologique, Aristides et Stathis Spanos et d’un œnologue de talent, Panayiotis Papagiannopoulos. En 1999, ils réalisent ensemble leurs premières cuvées. Entre 2003 et 2004, de nouvelles vignes sont plantées et un tout nouveau chai sort de terre.

Aujourd’hui, le domaine totalise 30 hectares dont 10 sont détenus en propre. Les vignobles se trouvent à une altitude comprise entre 450 et 1000 m répartis sur les localités montagneuses de Diakopto et celle de Kalavrita. Ils bénéficient d’un climat extrêmement intéressant du fait des embruns marins et de la proximité de Corinthe ; le sol est constitué de calcaire coquillé. Certifié bio depuis sa création, le domaine propose une grande variété de vins élaborés à partir de 7 cépages différents, dans la plus pure tradition régionale. On retrouve notamment l’Assyrtiko, le Roditis, la Malagousia, mais aussi le fameux Retsina ou encore le Black of Kalavrita. La maison favorise les monocépages et expérimente différents contenants tels que les cuves tronconiques ou les amphores.

Sofia, jeune œnologue arrivée il y a un an dans la maison, nous a chaleureusement accueilli pour une visite des vignobles (où nous avons trouvé un somptueux spot de bivouac) ainsi qu’une superbe dégustation. Nous visitons d’abord le chai et découvrons de magnifiques fûts et autres amphores, Sofia nous parle vinification et attire soudain notre attention sur quelques bouteilles empilées au sol. Il s’agit des seules ayant pu être sauvées durant le terrible incendie qui a ravagé le Péloponnèse en 2007. Impressionnant.

Après cette séquence émotion, nous partons en direction des vignes. Je monte à l’arrière de la camionnette du domaine en compagnie d’un adorable toutou tandis que David se lance dans l’ascension de la montagne toute moto chargée. Puisque nous le devançons, j’en profite pour faire quelques clichés du pilote ! Arrivés en haut de la montagne, le spectacle est époustouflant de beauté : d’un côté, la montagne, de l’autre, la mer ! Quant aux vignes, elles se parent désormais de jolies couleurs d’automne, un vrai tableau impressionniste !

Les vendanges ont eu lieu en août, cependant Sofia nous invite à goûter quelques grains de raisin bien mûrs oubliés, un délice !

Tous les vins que nous avons goûtés étaient excellents, c’est dire si le choix de notre coup de cœur fut difficile !

Notre coup de cœur

Le vin naturellement doux, 100% mavrodaphne de Patras (mavro=noir), cépage autochtone rouge. Pour la petite histoire, c’est le fondateur de l’une des plus anciennes entreprises viticoles grecques, Gustav Clauss, qui aurait donné son nom à ce cépage après être tombé amoureux d’une jeune fille aux cheveux noirs prénommée Daphné.

Les raisins sont récoltés en surmaturité ce qui confère au vin une grande douceur avec 70g/l de sucres résiduels et un taux d’alcool élevé. C’est d’ailleurs pour cette raison que cette cuvée ne rentre pas dans l’appellation PDO Patras. L’élevage est réalisé en fûts de chêne durant 3 ans et plus. Arômes de pruneau, tabac, fruits secs et caramel. S’apprécie plutôt avec un dessert. Potentiel de garde : 10 ans

Le saviez-vous ?

Autre cuvée surprenante de la maison, la Retsina. Élaboré depuis l’Antiquité, ce vin dont le nom signifie « résine » est vinifié en amphores en argile. Historiquement, les Grecs avaient coutume de conserver les denrées telles que l’huile d’olive dans des amphores qu’ils scellaient à l’aide d’une pâte fabriquée à partir de résine de pin ; le Péloponnèse est d’ailleurs connu pour ses deux espèces de pin, notamment le pin d’Alep particulièrement intéressant d’un point de vue œnologique. Aujourd’hui encore, cette technique ancestrale est utilisée pour produire un vin blanc, ici à partir du cépage Roditis auquel on ajoute de la résine durant la fermentation. Bien qu’éliminée avant la mise en bouteille, la résine procure au vin des arômes d’herbe fraîche plutôt originaux. S’accordera très bien avec des produits typiquement grecs comme la féta. Avis aux amateurs !

Contact

Tetramythos Winery

8ο kil. Pounta-Kalavrita

Ano Diakopto, 25003

T : +30 26910 97500

www.tetramythoswines.com/en

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s